Par

Si l’on exclut l’équipement nécessaire à la pratique de ces deux formes d’art, la musique et la magie ont étonnement beaucoup en commun. Les gens qui vont voir un spectacle ou qui achètent un album veulent croire en quelque chose, explique le rappeur néo-écossais que l’on appellera désormais Jacques Jacobus, conjugaison entre le nom qu’il emploie à la ville (Jacques Alphonse Doucet) et celui grâce auquel il mettait au monde son alter-ego hip-hop il y a plus de quinze ans (Jacobus). Après s’être taillé une place parmi la frange la plus novatrice du rap canadien au sein des formations Jacobus et Maleco et Radio Radio, le musicien claironne fièrement Le retour de Jacobus, titre d’une première parution en solo. 

La cornemuse inaugurant l’album ne pourrait être plus claire: Jacques Jacobus revendique fièrement, et plus que jamais, son identité néo-écossaise, dont l’instrument est indissociable. Le retour de Jacobus célèbre aussi toutes ces rencontres qui seraient, sans la musique, demeurées impossibles, dont celle de Luc Langevin, qui prête sa voix à l’intro d’une des pièces de l’album. Ma vie c’est un movie, se réjouit Jacques Jacobus, encore émerveillé et incrédule de cette occasion constamment renouvelée qu’est devenu son existence de goûter à ce que le monde recèle de meilleur, de jouer au golf quand ça lui chante et de consacrer le temps qu’il désire à sa passion pour la magie (pas de farce). 

En renouant avec le nom sous lequel il a pour la première fois pris la scène, Jacques Jacobus remonte le temps et mesure le chemin parcouru entre la naissance d’un rappeur abordant insolemment chaînes et casquette, et l’avènement du dandy immanquablement bien mis s’étant forgé une place dans l’imaginaire québécois et acadien. Laquelle de ces deux incarnations correspond le mieux à sa vérité?, se demande-t-il tout au long du Retour de Jacobus, sans donner de réponse, manière de rappeler que l’identité réelle de celui qui accepte de se remettre en question ne peut qu’être en constante mutation. Quelque part entre introspection et hédonisme, entre questionnements et déhanchements, entre rap et électro, le voici qui tente de réconcilier la candeur de sa jeunesse et le raffinement du trentenaire qu’il est aujourd’hui. 

Enregistré au studio Tide School de Meteghan en étroite collaboration avec son éternel ami, le créateur de beats Alexandre Arthur Comeau, Le retour de Jacobus est l’effervescent plaidoyer d’un homme déterminé à prouver que la magie de la vie et de la musique n’a rien d’une illusion.

Métissage des rythmes, autant que des cultures et des langues, le reggae dancehall d’Heythem Tlili, alias King Abid, est bien ancré dans un XXIe siècle qui voit les frontières physiques et artistiques se muter. Par ses origines tunisiennes, sa passion pour la Jamaïque et son amour pour le Québec, sa terre d’adoption, c’est un world beat électro authentique, festif et rassembleur que nous propose le « Roi Esclave ». Outre le mélange des sons et des mots tunisiens, au-delà des rythmes jamaïcains qui rendent sa musique unique, le King rassemble aussi une série impressionnante de collaborateurs qui contribuent, chacun à leur façon, à créer un univers sonore jamais entendu. Karim Ouellet, Claude Bégin, Poirier, Boogat, Eman et Bob Bouchard viennent mettre de leurs saveurs dans cette fête auditive. Bref, c’est un mariage inusité entre l’Amérique et l’Afrique, entre la tradition et la modernité, aux sonorités à la fois goûteuses et vaporeuses que King Abid offre sur ce premier album pour le moins avant-gardiste. Par ailleurs, sa grande singularité vient de valoir à King Abid le titre de Révélation Radio-Canada dans la catégorie musique du monde pour l’année 2017-2018.

Artiste pluridisciplinaire, Le King a évolué au sein du groupe Movèzerbe et a collaboré auprès de la chanteuse Marième. Il accompagne présentement Karim Ouellet en spectacle comme emcee et percussionniste. Éternel roi du DJ set, il fait danser les bêtes de nuit jusqu’au matin. King Abid AKA. AbidboX a aussi animé pendant 8 ans l’émission de radio 100% Reggae/Dancehall, « Prise d’assaut Station Radio», diffusée sur les ondes de CHYZ 94.3FM / chyz.ca à Québec.

Date: 2017-11-04
Genre: Electro-pop, Pop, Rap
Porte: 22h30 (portes 22h30)
Salle: Salle de spectacle
Prix à la porte: 15.00$
Site web: https://www.jacquesjacobus.mu/
Événement Facebook: https://www.facebook.com/events/1886673844932845/?context=create&previousaction=create&ref=42&sid_create=2654429755&action_history=[%7B%22surface%22%3A%22create_dialog%22%2C%22mechanism%22%3A%22page_create_dialog%22%2C%22extra_data%22%3A[]%7D]&has_source=1
Partenaires: BudweiserHôtel Best Western Plus Centre-VilleLe Knock-OutLepointdevente.comVoirCégep de Sainte-Foy

Le Cercle, 228 rue St-Joseph Est
Québec, QC, Canada
Le Cercle est un établissement 18+, le personnel d’accueil se réserve le droit d’exiger une pièce d’identité valide

Commentaires